Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Lettre à Ma Mère

Dans un coma morphinique tu étais.
Au creux de ton oreille j’ai chanté.
« Envole-toi Maman ».
J’ai eu ce courage de te le crier
Dans le crépuscule du souvenir.
Tu chantes dans ma solitude.
Nous avions encore tant de choses à nous dire.
Merci pour ce que tu as fait pour moi.
Mon âme a résistée grâce à toi.
Elle a Continué sa ronde.
Pour te sentir prêt de moi.
Pour que tu sois toujours là.
Dans le crépuscule du souvenir.
Tu chantes dans ma solitude.
Nous avions encore tant de choses à nous dire.
Renforcer notre complicité.
Encore nous aimer.
Alors avec toi j’ai communiqué.
Art d’écriture médiumnique.
Ecriture automatique.
Etat de conscience amplifié.
Sentir ta main caresser la mienne.
Capter ton message sidéral.
Dans le crépuscule du souvenir.
Tu chantes dans ma solitude.
Nous avions encore tant de choses à nous dire.

Ecrire mon poème éternel.
Pour toi ma Samael
Je fais monter les notes de ta voix.
Qui me chantait.
Soit un enfant qui apprend.
Dans le Vitrail de la  fenêtre de l’occident.
Laisse monter les notes pour t’accomplir.
Dans le crépuscule du souvenir.
Nous avions encore tant de choses à nous dire.
Dans l’éther se meuvent les souvenirs.
Faire venir ton visage prêt de moi.
Ecrire les mots qui rassurent.
Petite mère, petite princesse.
Sans toi ma vie n’est qu’un stress.
Je te lance chaque jour mes S-O-S
A toi ma poétesse.
Dans le crépuscule du souvenir.
Tu chantes dans ma solitude.
Nous avions encore tant de choses à nous dire.
Je souffre de la douleur de ton absence.
Regret, de ne pas avoir eu le temps.
De te parler d’un petit.
« Qui était  fière d’être ton enfant ».

Samiel

Tag(s) : #Poesie Poeme Slam Mère

Partager cet article

Repost 0