Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



je verse les  pleurs d'une blessure
Je ne sens plus sur ma tête  tes mains pures
Blanches, ainsi que ces frissons blancs de guipure

A l'autel de tes pieds je t'honore en pleurant
Je suis toujours ton petit, quoique grand.
Un petit- grand fière d’être ton enfant
 
Dans le crépuscule de mes souvenirs.
J’avais  encore tant de choses à te dire.
Je souffre de l’absence de ton sourire.

Je sais que tu es là,  là prêt de moi

Caresse-moi  Caresse-moi

 

Samiel

Tag(s) : #Poesie Poeme Slam Mère

Partager cet article

Repost 0