Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dortoir du pensionnat

 

Empli de lunaires reflets, et de calme nocturne.

Il était grand, il était sombre

C'était comme une attente inerte et taciturne

On y voyait des ombres

Quelqu’un marchait  dans le noir

Quelqu’un pleurait  dans le silence ;

Dans le dortoir de sa mémoire

Morne des nuits hostiles
Quelqu’un Pleurait  l’absence
Longue de son exil
Quelqu’un saignait de douleur

Il avait six ans
 c'était mon cœur !

 

Samiel

Tag(s) : #Poemes Slam de la vie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :