Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Sarouels Blanc

 

Il n’avait  rien demandé, il était  là dans ce pays de souffrances, d’exploitation à outrance.

Il s’était réveillé là dans le désert de la chair à canon, où l’on joue à la balle durcie de plomb.

Chien méchant nom de guerre, entre une Kalache et du  Hasch pour

L’égalité d’une chance.

 

Mauvaise pioche, d’une naissance pas au bon endroit,  on le baptisa Johnny enfant soldat.

La première ligne fût  sa place, sur  un  plateau de première classe  Honda.

Il était fière Johnny, il avait sept ans, avec une  Kalache  au bout du bras qui fait tralala.

 

Cogné, volé, violé. le corps et l’esprit  meurtri  lui donneront le sens du compromis de la fureur.

Dans cette armée de la résistance du seigneur, il fût désigné démineur pour l’honneur.

Voyage au bout de l’enfer au bord des fosses communes il sera fossoyeur, il y verra sa sœur.

 

Oppressé par tant d’années  meurtrières il s’est posé assoiffé de paix pour  guérir son âme blessée.

Il se disait que cela ne pouvait pas durer, que cette putain d’inégalité finirait par abdiquer.


Après une longue traversée, il s’était posé sur une autre terre, la terre de Molière. Terre de fraternité
Il en  était heureux il en était  fière d’être arrivé sur cette parcelle qui
 a influencé l’humanité toute entière.

 

Mais son doux regard fut de courte durée,  quand sur cette plage il entendit « Vos papiers ».

Papier M'sieur j’l’ai mangé Monsieur !  Pour subsister, pour ne pas me faire égorger.
Je suis Johnny, qui vient du  pays des petits héros, du pays de la dignité assassinée.
Mon identité Monsieur ! Elle s’est envolée, liquéfiée, je suis un enfant marabouté.

Nous sommes trois cents mille M'sieur sur le fil de l’exil.

 Cette plage M’sieur c’est mon ordonnance ; ma prescription pour évoluer, me refaire une ame, ne plus vivre l’atroce souffrance de mon enfance, je vous demande asile et résilience.


Non Monsieur ! J’’ veux pas retourner de manière prématurée dans la poudrière Somalienne.

C’est comme vous voulez M’sieur,  mais je sais qu’ici je suis en  terre Fraternelle.

Ah vous ne voulez pas de moi ! Vous me raccompagnez ! Tant pis je repars retrouver les sarouels blanc du Yémen.

 

Au nom de la connerie humaine, la résilience ne fut pas sienne, mais au fond de lui, il sait qu’un homme sur une plage lointaine n'était pas Verlaine. Et que les sanglots longs des sa Kalache feront encore Tralala. 


Epilogue :

Aujourd’hui Johnny à 20 ans,  mais l’histoire ne dit pas ce qu’il est devenu véritablement.

 

Samiel

Tag(s) : #Poesie poème Slam Guerre

Partager cet article

Repost 0